16 février 2017

Traverser la frontière vietnamienne depuis le Laos

Nous partons de Luang Prabang de bonne heure, à 6h30 nous sommes devant l’auberge à attendre le pick up. Nous savons que la route sera longue pour traverser le nord du Laos et rejoindre la frontière vietnamienne. On nous a annoncé 14 heures de trajet, il va falloir prendre son mal en patience…

Pourquoi on n’aime pas les mini van ?

Arrivés à la station de bus nous découvrons avec horreur que nous ne serons pas dans un bus mais dans un van, on sent que le pire est à venir… En effet, en Asie et tout particulièrement au Cambodge et au Laos, ils ont tendance à faire des Tétris humains dans leur mini bus. La suite nous apprendra que notre appréhension était justifiée !

La traversée de l’horreur

Afin de parer au pire, nous nous arrangeons pour rentrer dans les premiers et pouvons ainsi choisir nos places (coté fenêtre, un siège chacun c’est déjà ça !). Premier arrêt quelques minutes après le départ, et 4 de plus dans la bétaillère, nous sommes au complet. TOUS les sièges sont utilisés. Enfin c’est que nous pensions… 1 heure plus tard, 6 personnes de plus s’installent tant bien que mal, nous sommes désormais deux par siège. Le collé serré devient compliqué, d’autant plus que le voisin de droite est sérieusement malade. les choses se compliquent lorsque tous les locaux atteints du mal des transports décident de jeter leur « sac à vomi » à travers la fenêtre. Devinez qui est coté fenêtre ? C’est bibi ! Nous devons alors jouer avec le peu d’espace que nous avons pour éviter les projections. Nous récupérons deux nouveaux passagers à une station service. Ces derniers se trouvent une place entre le chauffeur et le premier rang : on n’a toujours pas compris comment !

4 heures ont passées et nous nous arrêtons dans une ville assez conséquente. Les voyant décharger tous les sacs, nous espérons lester quelques personnes ou troquer le van contre un bus (ça ne serait franchement pas du luxe ! ). Mais non… nous somme naïfs ! Le chauffeur charge davantage le mini-bus avec une cinquantaine de cartons Red Bull… On reprend nos places, enfin ce qu’il en reste car il a bien fallut les caser toutes ces caisses ! Justine en hérite de trois sous ses jambes et ses genoux arrivent désormais au niveau de son menton. Aller, plus que 7 heures !

Passer la frontière au Vietnam c’est simple !

Après 10 heures de voyage intense, nous atteignons la frontière vietnamienne où tout se déroule à merveille. Ça change du Cambodge ou du Laos… Un petit bakchich tout de même, 10 000 kips par tête. De toute façon nous ne sommes pas en état de protester !

Cette frontière est différente de celles des autres pays d’Asie car les visas n’y sont pas délivrées. Pour les obtenir, vous devez vous les procurer en France ou bien les réaliser à l’ambassade de France à Vientiane ou Luang Prabang (compter 3 jours pour cette option). Nous avions fait le choix de les obtenir avant notre départ et ne l’avons pas regretter.

Un saut rapide à Dien Bien Phu

Nous n’avons pas prévu de rester à Dien Bien Phu mais une escale est nécessaire avant de reprendre la route pour Sapa. A peine arrivés, nous quémandons des informations pour rejoindre Sapa le lendemain matin. Pas de difficulté pour trouver un hébergement, le coin de la station de bus est bien fourni. Nous dégustons avec deux compatriotes français, la spécialité vietnamienne : le Pho. Pas mauvais et vraiment pas cher ! Le ventre bien repu, nous retrouvons avec plaisir des lits moelleux et la douche (chaude…).

Le lendemain, le réveil pique… Il est déjà 6h30 là ? Nous remontons dans un van… Au malheur !

La traversée de la mort

Au vu des péripéties de la veille, nous ne sommes pas serein pour cette nouvelle traversée de 7 heures ! Contre toute attente, le trajet se déroule sans encombre… 1 ou deux pots de peintures viennent se glisser sous nos pieds mais rien de très contraignant. On croise les doigts : on ne récupère ni voyageurs ni marchandise sur la route : victoire !

Plus les heures passent, plus nous attaquons les routes de montagnes sinueuses. Ça tourne, ça tourne et on doit vous avouer qu’on souffre un peu dans ces cas là ! Les paysages qui se dessinent sont somptueux : la montage verdoyante est à perte de vue. Un peu groggy et nauséeux, nous parvenons à trouver le sommeil. A notre réveil, le ciel s’est couvert… nous ne voyons plus la route, ni les paysages, nous sommes dans les nuages ! C’est joli dit comme ça… Mais c’est beaucoup moins sympa en vrai ! Les routes sont devenus très étroites et on n’y voit rien ! A de nombreuses reprises nous pensons tomber le ravin. Nous évitons également de peu une dizaine de scooters et de voitures. L’ambiance n’est plus du tout détendue et on à clairement les chocottes !

Sapa, on n’y restera pas !

Nous arrivons à Sapa après 8 heures de van : on a pris une heure dans la vue à cause des conditions météorologiques. Ancienne station d’altitude coloniale, Sapa est aujourd’hui un haut lieu touristique réputé pour son panorama imprenable sur les rizières. Nous avons hâte de découvrir ses environs : pour rappel, nous avons fait plus de 20 heures de bus pour y accéder !

Et bien c’est raté ! La tête dans les nuages, nous ne voyons rien… même pas notre van qui se trouve à un mètre. Une épaisse purée de pois à recouvert toute la ville… Nous partons à la recherche d’une auberge, nos sacs sur le dos. Nous devons alors affronter une dure réalité : le thermomètre ne dépasse pas les 7°… Habitué au doux climat du Laos, nous prenons de plein fouet ce froid humide. Nous déchantons un peu plus quand nous découvrons que la majorité des auberges ne disposent pas de chauffage dans les chambres. Le coup de grâce est donné par nos téléphones : la météo annonce le même temps pour les 3 prochains jours. Désabusés, nous tentons de découvrir la ville, mais rien n’y fait, le brouillard est trop épais.

 

 

Nous prenons alors l’ultime décision : reprendre le bus le lendemain matin pour rejoindre Hanoï !

Voir les 2 commentaires sur “Traverser la frontière vietnamienne depuis le Laos”
Ajouter un commentaire
  1. Bonjour, Super votre blog, très bien détaillé. Je prépare mon voyage en Asie et je voulais savoir comment vous avez fait pour réserver le mini van (enfin le pick-up) en trajet direct de Luang Prabang à Dien Bien Phu ? Merci de votre réponse.

    1. Bonjour Franck,
      Pour réserver le mini-vans on est passé par une agence de voyage trouvée dans la rue. Hésite pas à en faire plusieurs afin de négocier le meilleur prix
      Bon voyage 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils aux voyageurs

Informations pratiques
Prix du trajet Luang Prabang –> Dien Bien Phu : 220 000 kips par tête avec pick up
Durée du trajet Luang Praban –> Dien Bien Phu : 12 heures
Bakchich à la frontière vietnamienne : 10 000 kips par tête
Traumatisme moral : 9/10

Prix du trajet Dien Bien Phu –> Sapa : 200 000 dong par tête
Durée du trajet Dien Bien Phu : 8 heures
Taumatisme moral : 6/10
Hébergement Sapa : Ha Giang (trouvable sur maps.me). Chambre et salle de bain très correct pour 200 000 la nuit. Le moins cher que nous ayons trouvé …

Obtenir son visa pour le Vietnam
Les frontières vietnamiennes ne délivrent pas de visa.  Vous pouvez vous le procurer en amont de votre voyage via l’ambassade du Vietnam à Paris ou bien à l’ambassade de France à Vientiane ou Luang Prabang. Pour la deuxième solution, vous devrez rester 3 jours sur place. Nous avions fait le choix de terminer notre périple en Asie du Sud Est au Vietnam. La date étant fixée pour le prochain vol (Corée nous voilà!!!) , nous pouvions connaître en amont la date d’arrivée dans ce pays.

Vous aimerez aussi