9 novembre 2016

Quels temples visiter à Bagan ?

Arrivée 22h heure locale après 6h de bus depuis Mandalay, direction l’hôtel pour une bonne nuit de sommeil (il n’était pas vraiment confort ce bus). Nous déchantons rapidement car ce dernier n’est pas très accueillant : entre geckos, moustiques, puces et autres insectes non identifiés, nous sortons nos draps de soie car il n’est pas envisageable de s’allonger sur ce lit « grouillant ». Nous réalisons alors que nous l’avons réservé pour 3 nuits. Mauvaise pioche !

L’entrée au royaume de Bagan est en théorie payante, vous devrez vous acquitter d’une taxe d’un montant de 25 000 Kyats (20€) pour avoir accès à l’entrée des pagodes. Une carte vous est délivrée, celle-ci pourra vous être demandée lors de contrôles (aux abords des pagodes principales). Notre bus ne s’est pas arrêté au checkpoint, nous sommes donc entrés en total illégalité… Pas convaincus par le bien fondé de cette taxe et préférant donner notre argent aux locaux plutôt qu’au gouvernement en place nous ne l’avons pas fait savoir à notre hôtel.

Le royaume s’étend sur trois villes:

  • Old Bagan, situé au cœur des temples vous pourrez vous y loger dans des resorts haut de gamme. Certaines pagodes ont ainsi été détruites au profit d’hôtels luxueux entraînant le déplacement de la population vers les villes alentours
  • New Bagan, on y trouve des hôtels milieu de gamme (10 minutes en scooter des constructions)
  • Nyaung U est la ville qui offre les hébergements au meilleur prix (compter 20 minutes de scooter), notre choix

Le lendemain trois moyens de transport s’offrent à nous (nous ne le savions pas encore mais nous en testerons 2 malgré nous) :

  • Le vélo
  • Le vélo avec assistance électrique
  • Le scooter électrique

Riches de notre expérience passée à Mandalay, nous nous faisons violence et optons pour le scooter électrique avec autonomie de 30 km (bien entendu le fait que ces derniers ne dépassent pas les 20 km n’a en rien influencé notre choix..).

Que faire à Bagan ?

Pour ne rien vous cacher, nous ne savons pas vraiment par où commencer : 2200 pagodes en 2 jours, on fait comment ? Et bien comme d’habitude comme on peut ! Nous le faisons à notre manière c’est à dire en se perdant une fois de plus dès la première journée. A nous le sentiment de liberté ! Le site est très étendu et splendide. Deux grandes routes goudronnées sillonnent la vallée autour desquelles se cachent des centaines de pagodes, plus belles les unes que les autres. Mais Bagan ça se mérite, les plus impressionnantes ne sont pas les plus touristiques mais bien souvent les plus reculées. Nous voilà à arpenter les routes et petits chemins sableux à la recherche des temples perdus. Nous nous sentons comme les premiers explorateurs lorsque se dessinent au loin de nouveaux édifices. Au détour d’une petite pagode nous rencontrons Jojo un jeune birman qui tient l’entrée du monument une fois dans la semaine afin d’y vendre ses peintures de sable. Après 20 minutes de discussion il nous indique un site méconnu qui aurait une vue imprenable : nous avons trouvé notre pépite pour le levé de soleil du lendemain.

 

photo-justine-temple-charette

 

Par manque de temps et d’anticipation nous nous rabattons sur une impressionnante construction afin d’admirer le couché de soleil (Pagode Shwesandaw). Nous avions bien conscience que nous ne serions pas seuls mais de là à imaginer des centaines de personnes munies de toutes sortes d’appareils afin de prendre LE cliché souvenir… La vue est imprenable mais ce moment magique se transforme rapidement en parcours du combattant, pas facile de s’y frayer un chemin et d’admirer la vue en toute simplicité.

C’est à Bagan que nous rencontrons pour la première fois les tours organisés (la grande majorité de ces touristes sont d’ailleurs français). Leur attitude en général nous a profondément choqué. Les pagodes sont avant tout des lieux de culte bouddhiste où règne une certaine quiétude, propice à la méditation. De nombreux touristes « tour opérator » ne respectent ni le silence, ni les sites (en refusant d’enlever leurs chaussures ou en portant des vêtements inappropriés). Ils profitent bien souvent des 10 minutes de débarquement qui leurs sont allouées pour envahir en masse les édifices et effectuer 3 photos. Ils négocient les objets à vendre sans bonjour, ni au revoir. Trop souvent nous avons eu honte d’être français… Le pays est ouvert depuis peu, mais nous avons le sentiment que Bagan à déjà perdu son côté authentique. On sent que le tourisme de masse est bien lancé et que l’argent commence à primer sur les relations humaines. La fin de cette première journée est donc en demie teinte.

 

J2 Rétropédalage !

Levés 4h30, départ à 5h pour admirer le levé de soleil, Bagan ça se mérite ! Nous sommes sûrs de notre spot on l’aura notre levé de soleil rien qu’à nous. Après 30 minutes de scooter nous rejoignons notre pagode fétiche, un couple et leur guide sont déjà présents. Ce n’est pas grave nous serons 5, il y a de la place pour tout le monde. Malgré une météo peu clémente, le spectacle est au rendez-vous. Nous passons deux bonnes heures à observer la brume matinale disparaître petit à petit pour laisser les rayons du soleil illuminer le royaume des pagodes. Nous avons également la chance d’apercevoir au loin le lancement des montgolfières qui, en échange de 300$ de l’heure, offrent une vue imprenable. Nous y serions restés toute la journée, mais nous savons que d’autres découvertes nous attendent.

 

 

Après une sieste réparatrice et le scooter rechargé nous repartons de plus belle. Nous déchantons rapidement : à 16h30 panne sèche. Nous devons nous rendre à l’évidence, notre deux roues est à plat, nous sommes à 5 km de l’hôtel et il ne reste plus qu’une heure avant le couché de soleil. Après 30 minutes de panique et d’appels désespérés, le staff de l’hôtel vient nous dépanner. Ils ne nous avaient pas informer de la coupure d’électricité qui avait empêchée la recharge des scooters. Plus de deux roues motorisées ? On ne se démonte pas, on enfourche des vélos, il nous reste 20 minutes. C’est donc à toute berzingue que nous pédalons dans les rues de Bagan pour rejoindre la dite pagode.

Nous sommes stoppés net à l’entrée par un policier « show me your card ». Vous vous rappelez le passage, « on ne s’acquittera pas de la taxe », nous y sommes ! Justine plus que motivée ne se démonte pas et lui explique par A + B que nous devons voir le couché de soleil, dubitatif il nous laisse passé. Victoire !

Après cette course effrénée, nous rentrons à l’hôtel afin de finir nos sacs. Demain, nous partons pour 9h de bus, direction Kalaw.

 

Plus d’images…

 

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils aux voyageurs

On a aimé
Les paysages, somptueux
Se perdre dans les chemins pour trouver LA pagode inexplorée et dégainer nos lampes frontales
La liberté qu’offre le scooter électrique
La pizzeria au feu de bois de Nyaung U (inespérée et délicieuse)

On a moins aimé
L’attitude des touristes « Tour opérateur », qui nous a profondément choqué
Les premiers ravages du tourisme de masse
Notre Guest House « Golden Pot », fuyez !
Le prix des montgolfières : à 300 euros l’heure par personne, nous ne l’avons pas fait
La panne de scooter électrique (c’est le jeu)

Informations pratiques
Prix du bus Mandalay –> Bagan : 20 000 Kyats par tête
Durée de trajet du bus Mandalay –> Bagan : 6 heures
Prix de la Taxe gouvernementale pour accéder au site : 25 Kyats/pers. Vous pouvez passer outer si vous avezde la chance (comme nous ! ) ou bien en donnant un petit supplément au taxi…
Prix du bus Bagan –> Kalaw : 15 000 Kyats par tête
Durée de trajet du bus Bagan–> Kalaw : 9 heures

Vous aimerez aussi