19 novembre 2016

Inle cette ville qui n’en est pas une

C’est après 3 jours de trek harassants que nous arrivons à Nyang shwe, notre point de départ pour visiter le lac Inle et ses alentours. Ce dernier, situé dans les montagnes culmine à 880 mètres et s’étend sur 12 000 hectares. Nous ne le savions pas encore mais nous resterons 5 jours dans ce havre de paix .

Nous profitons des deux premiers jours pour… se reposer et profiter du confort d’un vrai lit et d’une douche chaude. Notre guesthouse (Remember Inn) est parfaite et nous permet de nous ressourcer. Entre deux siestes et deux lessives nous déambulons dans la ville et dégustons les différentes spécialités locales dans les (très) nombreux restaurants. Nous en profitons même pour acheter un téléphone : retour à la civilisation ! À la fin du second jour, nous avons récupéré assez de force pour partir à l’assaut des richesses du lac. Direction le port pour se renseigner sur les différentes excursions. Nous y rencontrons Laura (originaire des Canaries) et Monica (Argentine expatriée aux USA), elles se sont elles même rencontrées par hasard deux jours auparavant. Le courant passe et nous décidons en 3 minutes de louer une embarcation ensemble pour la journée du lendemain. Nous négocions 25 000 kyats pour 4 avec un guide pour la journée, l’hôtel nous la proposait à 20 000 par tête et l’office de tourisme à 22 000 par personne…

 

 

J3

Réveil matin, 6h30 nous avons rendez-vous à l’embarcadère à 7h30 avec nos deux compagnons de route. Nous définissons ensemble l’itinéraire de la journée : visite du spécial market à Un Dein, de la pagode Hpaung Daw U, des jardins flottants et du monastère des chats sauteurs Nga Phe Chaung.
Un Dein se situe à une heure de bateau de la ville. Nous profitons ainsi d’une ballade où la brume matinale se lève pour laisser place à la valse des transports de marchandises, des écoliers et des moines bouddhistes. Notre guide nous prête gentiment des parapluies pour se protéger du soleil et des éclats d’eau mais nous n’avions ni anticipé la fraîcheur du lac, ni le bruit des moteurs (pollution sonore bonjour). Nos coéquipières, plus prévoyantes, se sont munies de boule quies et de couvertures. On ne peut pas vraiment dire que nous ayons la classe, mais nous ne sommes pas là pour ça.

Arrivés au marché Un Dein : c’est une boutique souvenirs à ciel ouvert ! La première impression est positive et nous avons envie… de tout acheter ! « Justine tu achètes, tu portes ». Nous prenons sur nous et ne nous permettons aucun achat frénétique qui pourrait alourdir nos sacs déjà bien remplis. Une fois la contrariété gérée, nous ne voyons plus du même œil ce lieu où les locaux affichent des prix exorbitants. Certains refusent même de négocier en tournant le dos aux clients, c’est une première en Birmanie. Nous assistons à des scènes qui nous dépassent, la plupart des touristes ont peu de temps pour faire leurs emplettes et semblent vouloir ramener un maximum de souvenirs coûte que coûte. Nous passons notre chemin et remontons à bord de notre embarcation.

Deuxième arrêt 30 minutes plus tard, nous rejoignons la Pagode Hpaung Daw Usur. Sur le chemin nous croisons des écoliers, c’est l’heure de la récréation. Les enfants sont rieurs et débordent d’énergies. La communication est simple : quelques grimaces et pas de danse suffisent pour créer le contact. Cet édifice religieux est impressionnant et flotte littéralement sur le lac. Il abrite cinq petites images du Bouddha couvertes de feuilles d’or au point de n’être plus reconnaissables.

 

 

Nous reprenons la route direction les jardins flottants. Nous entrons dans un endroit paisible à l’abri du bruit des moteurs et des touristes. La vue est époustouflante, nous parcourons dans notre barque les allées de plantations flottantes. La cueillette s’effectue avec des embarcations très fines, car le sol est mouvant et on ne peut y poser le pied. Nous finissons cette journée par la visite du monastère des chats sauteurs Nga Phe Chaung. Ce dernier est également somptueux et regorge de chats qui divertissent aussi bien les moines que les touristes.

 

 

J4

Le lendemain nous souhaitons visiter les alentours du lac par la terre, nous choisissons avec précaution nos vélos et partons à la découverte des vignes birmanes ! Après quelques kilomètres à vélo non sans douleurs (les séquelles du trek sont encore présentes et les selles de vélo birmanes sont loin d’être les plus confortables) nous arrivons à Red Mountain Wineries. Il s’agit d’un large domaine qui surplombe le lac, la vue est à couper le souffle. Nous apprenons qu’ils y cultivent différents cépages, notamment Sauvignon et Syrah. En bon français, nous ne refusons pas la dégustation à 10 000 kyats (7€) par personne. Cette dernière comprend 4 (petits) verres de vin et trois toasts au fromage (si on considère le gouda comme du fromage). Un peu d’honnêteté, le vin n’est pas des plus savoureux mais la vue qui s’offre à nous est sans pareil. Nous enfourchons nos vélos et retrouvons nos deux co-batureuses de la veille pour savourer un poisson frais du lac.

 

 

J5

Notre départ est proche nous avons réservé un bus local pour 17h afin de rejoindre Yangon en 14h. Nous nous envolerons ensuite pour la Thaïlande. Quoi de mieux avant ce long périple que de prendre des forces ? Nous nous lançons dans notre premier cours de cuisine, réservé la veille au Sun Flower en échange de 20 000 Kyats/pers (14€). Nous rejoignons notre chef du jour devant le restaurant à 9h. Elle s’appelle Zuzu c’est une jeune femme de 25 ans pleine d’énergie qui semble prendre plaisir à partager sa passion pour la cuisine.

1ère étape, le marché local. Zuzu nous détaille la liste des ingrédients nécessaire et nous explique comment choisir les bons produits. Forts de nos 3 semaines passées dans le pays, nous avions quelques connaissances sur les denrées qu’offrait la région mais nous en apprendrons bien plus en 1h de marché que durant tout notre séjour. Zuzu prend le temps de nous faire sentir et goûter ses fruits et légumes favoris. Elle change notre regard sur des choses auxquelles nous ne prêtions même pas attention. Nous avons appris par exemple qu’il existe 3 sortes de bananes : les petites jaunes qui sont destinées à être fris, les vertes pour la consommation classique et la golden banane, la plus onéreuse notamment utilisée pour les offrandes à Bouddha (il est vrai qu’elle est délicieuse).

Une fois nos ingrédients achetés nous nous rendons chez elle pour le cours. Une surprise nous attends, nous irons en calèche ! Pourquoi ? Car le sac à provision est déjà lourd et que les locaux n’ont pas le droit d’emmener des touristes derrière un scooter. Ça non plus nous le savions pas. Chez elle, nous retrouvons sa sœur Gugu qui nous assistera. Nous aurons donc deux chefs rien que pour nous et une immense cuisine typique à ciel ouvert.

Au menu :

  • Tempura d’aubergine
  • Tea leaf salade
  • Soupe de potiron à la menthe
  • Salade shan noodle
  • Curry de pomme de terre
  • Curry d’haricots plats
  • Curry de moutarde
  • Banane frite en dessert

 

 

Nous sommes désormais de vrais chefs birmans, le repas était tout simplement le meilleur de ces 3 semaines. Nous avons passé 3 heures à cuisiner (bien sûr) mais pas que, nous avons également échangé sur nos vies respectives, nos envies, notre vision du monde. Bien plus qu’un simple cours de cuisine, nous avons créé un vrai lien avec ces deux jeunes femmes. Nous n’avons qu’un seul regret, ne pas l’avoir fait plus tôt.

Notre expérience en vidéo :

 

Plus d’images…

Voir les 2 commentaires sur “Inle cette ville qui n’en est pas une”
Ajouter un commentaire
  1. Salut les voyageurs 😉. Je vois que tout se passe bien pour vous. C’est très agréable de lire vos aventures. Continuez et profitez bisous de Nadine 👄

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils aux voyageurs

On a aimé
La beauté du lac
La ville de Nyang Shwe. Même si elle est assez touristique, elle n’est pas étouffante et nous a permis de nous ressourcer
L’escapade d’une journée en bateau pour admirer les techniques de pêches des locaux, les monastères anciens et autres jardins flottants
Le paysage des vignes de Red Mountain Wineries
Les poissons frais du restaurant « Ancestor »
La cours de cuisine de Zuzu, on recommande !
Notre Guest House « Remember Inn »

On a moins aimé
Le marché Un Dein qui a perdu tout authenticité
Le harcèlement subi dans la ville pour réserver un tour en bateau
Les scelles des vélos (vraiment trop dures ! )
La dégustation de vin en elle-même

On n’a pas eu le temps
De faire du canoë sur le lac

Informations pratiques
Rendez-vous directement au port pour louer une embarcation pour la journée : plus vous êtes nombreux, moins c’est cher ! Nous avons négocier 25 000 Kyats pour 4 avec un guide pour la journée, l’hôtel nous la proposait à 20 000 par tête et l’office de tourisme à 22 000 par personne…
dégustation de vin avec vue sur les vignes de Red Mountain Wineries : 10 000 kyats (7€) par personne
Cours de cuisine de Sun Flower : 20 000 Kyats /pers pour 8 plats que vous choisissez. La visite du marché est inclus. Nous n’étions que tous les deux pour deux chefs !

Vous aimerez aussi