3 mars 2017

La belle Hôi An

Déjà deux semaines que nous sommes sur le territoire vietnamien et la magie n’a pas opéré. On a le sentiment de passer à côté. Peut-être car cela fait déjà 3 mois que nous sommes en Asie du Sud Est ? Que nous n’arrivons pas à faire le deuil du Laos ? Que le temps n’est pas au rendez-vous ? Hôi An, est une étape importante dans ce pays, le déclic, le coup de cœur qui nous sort du côté obscur. Nous arrivons à Hôi An depuis Hue et tombons d’emblée sous son charme. Ne cherchez pas d’article, sur Hue, nous n’avons pas accroché avec la citadelle et n’avons pas compris la ville… On était encore fâché avec le Vietnam !

Pourquoi on aime Hôi An ?

Cette ville n’a à première vue rien pour nous faire rêver : des touristes par milliers, des rues qui ont perdu leur authenticité, des prix exorbitants… Et pourtant on ne veut plus en partir. Alors pourquoi on l’aime tant ? Parce que c’est beau, coloré et bourré de charme !

Que faire à Hôi An ?

On peut passer facilement 5 jours dans la cité et ses alentours. Nos 3 jours nous ont paru beaucoup trop courts ! On aurait aimé s’y perdre davantage…

Arpenter les ruelles

La ville regorge de touristes. Pour en profiter pleinement, il faut se lever tôt ! Chose que nous n’avons évidemment pas faite… Nous avons bravé la foule et nous nous sommes perdus des heures dans les ruelles de la ville. Nous avons pu admirer les très nombreux lampions, maisons colorées et profiter enfin du soleil. Il y règne une atmosphère unique, une douceur de vivre que nous n’avions pas encore ressentie au Vietnam. Certains vous diront « ce n’est pas le Vietnam » « on dirait Disneyland » « c’est trop touristique »… Et on ne niera pas ces affirmations mais malgré tout la ville a su préserver son patrimoine, son authenticité et tout son charme. On a aimé découvrir les boulangeries locales (tu m’étonnes on est affamé depuis notre arrivée au Vietnam !), les cafés typiques, les ruelles planquées et les places où se retrouvent les locaux pour échanger du temps qui passe. Pour la première fois depuis le début de notre voyage, on s’est dit « On se verrait bien vivre ici ! ».

 

 

Louer un vélo et sillonner les campagnes environnantes

Après avoir sillonné la ville de fond en comble, on a mal aux jambes et on frôle l’overdose de lassi aux fruits de la passion… Dure vie qu’est la notre en ce moment…! On décide d’aller explorer les alentours de la ville.

Cam Thanh et Coconut village

On débute la journée sous la pluie : heureusement on ne quitte jamais nos superbes K-way (vous comprendrez ici toute l’ironie du terme superbe, bien évidemment nous ne les supportons plus et ce, depuis le début de l’aventure !). Le départ est pénible, le vent nous fouette le visage et nous avançons tant bien que mal malgré les bourrasques. Nous sortons de la jolie ville et filons vers le célèbre « coconut village » vers Cam Thanh. Au bout du sentier nous apercevons de drôles d’embarcations façon coque de noix de coco ! C’est surprenant mais nous passons le tour pour la visite : on craint l’attrape touriste et puis sous la pluie, non merci ! Par contre la balade et le petit port de pêche valent vraiment la peine.

Faire un saut à la plage

On continue notre route, la pluie ralenti et on en profite pour faire un tour à la plage de Bai Bien. Sans surprise aucune elle est déserte… Nous savourons le spectacle grâce aux éclaircies éclaires que nous offre la météo. La plage est impressionnante, le panorama à tomber et à notre grande surprise… aucun déchet en vue ! On est vraiment au Vietnam ici ?

Faire une halte à Tra Que

On enfourche à nouveau nos montures pour terminer notre boucle par la campagne environnante. Nous traversons le petit pont pour accéder à Tra Qué, petit village charmant aussi appelé « grenier à légume de Hôi An ». La majorité du Vietnam importe ses denrées de Chine où les OGM sont omniprésents. Ici, 400 cultivateurs se relaient afin de fournir près de 8 tonnes de légumes BIO (notamment grâce à une algue/engrais qu’ils puisent dans la lagune) aux restaurants du coin. Une première dans ce pays où les poulets transgéniques sont rois !

Errer dans les rizières

Dernier objectif de la journée, se promener dans les rizières, ça tombe bien, c’est sur le chemin du retour ! On a déjà eu l’occasion d’en apercevoir au Vietnam mais celles-ci sont d’autant plus impressionnantes qu’elles se situent à 30 minutes de Hôi An. Nous descendons de nos bolides et prenons le temps de partir à la rencontre des agriculteurs, de les observer cultiver le riz. On aperçoit aussi des buffles qui se rafraîchissent dans l’eau montante. Bref, on est au calme, on est bien… La pluie aura raison de nous, il est déjà l’heure de rentrer !

 

 

Enfourcher un scooter et admirer les ruines de My Son

My son, c’est quoi ce truc ?

Nous passons notre dernier jour à Hôi An et ne voulons rater sous aucun prétexte le sanctuaire de My son.  Cette ancienne cité impériale édifiée au IVe siècle est inscrite au patrimoine de l’Unesco depuis 1999. Vestige de la civilisation Cham, elle peut être comparée aux autres grandes cités sud-asiatiques Angkor (Cam­bodge), Bagan (Myanmar), Ayuthaya (Thaïlande). Ces dernières nous avaient scotchés, nous avons donc hâte de découvrir celle du Vietnam !

Toujours plus loin !

On arpente le centre-ville afin de trouver un scooter semi automatique à 80 000 dongs max. Nous sommes de piètres négociateurs, nous ne parvenons pas à payer moins de 100 000. Déjà 10h… Décidément nous n’arriverons jamais à partir plus tôt (c’est une constante depuis le début de notre voyage !). Nous pensions que les 35 km qui séparent Hôi An du site se feraient plus rapidement : après 1h30 de route éprouvante (sous la pluie sinon c’est pas drôle), nous rejoignons l’entrée.

Sous le charme de l’ancienne cité impériale

Nous nous acquittons du droit d’entrée de 150 000 Dongs/pers et commençons la visite par le musée. Ce dernier retrace l’histoire complexe des ruines de l’ancienne cité impériale. Elles comprennent les restes d’environ soixante-dix temples et édifices annexes. Construite au cours du IVe siècle, la cité fut habitée jusqu’au XIIIe siècle, plus longtemps que toute autre cité historique d’Asie du Sud-Est (à titre de comparaison, Angkor et Bagan ne furent occupées que trois siècles !). On s’emmêle un peu les pédales : « Angkor c’est pas plus ancien? ».  Après une heure de lecture et de décryptage nous parvenons à rassembler les briques entre les différentes cités impériales que nous avons visitées ces trois derniers mois. Pas peu fiers de ce sursaut intellectuel nous partons à l’assaut du sanctuaire. Nous sommes surpris, les édifices ne sont que ruines, la guerre du Vietnam est passée par là… Le site, est tout de même très impressionnant et nous transporte 1700 ans plus tôt… Rien que ça !

 

 

Déjà 4 jours ? On serait resté ici une semaine… Mais nous avons un impératif et devons descendre à Ho Chi Minh, sans plus tarder : de la famille nous y attend !

 

Plus d’images…

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils aux voyageurs

On a aimé
La beauté de la ville
Notre cantine : Nuong Khoi, pas cher et vraiment bon !
Les lampions par milliers qui colorent la cité
Le café typique planqué dans les ruelles
Les ruines de My Son, même si c’est loin, ça vaut le coup d’œil
Les plages désertes à deux pas de la ville
Louer un vélo et se perdre dans la campagne environnante

On n’a pas aimé
Les hordes de touristes
La négociation impossible avec les locaux (probablement liée à l’afflux terrifiant des touristes)
Les prix pratiqués dans la ville, tout y est vraiment cher pour le pays

On aurait aimé
Se faire faire des vêtements sur mesure… Mais pas de place et pas de budget, une prochaine fois peut être

Informations Pratiques
Prix du trajet Hué -> Hôi An : 90 000 Dong/pers
Durée du trajet Hué -> Hôi An : 3h30
Hébergement Hôi An au Mango Garden : 255 000 Dong /pers et par nuit
Location de Vélo à Hôi An : 25 000 Dong/pers et par jour
Location de scooter à Hôi An : 100 000 Dong/jour
Prix entrée My Son : 150 000 Dong/pers
Prix du parking My Son : 5000 Dong
Boulangerie locale : La croissant (bonheur du porte monnaie et des papilles)
Café typique planqué dans une ruelle improbable : cafeteria Le Fe

Prix du trajet Hôi An -> Dalat : 320 000 Dong/pers en bus de nuit
Durée du trajet Hôi An à Dalat : 16h30 (prévoyez de quoi manger !)
Taxi gare de Dakar au centre-ville de Dalat : 40 000 Dong/pers

Vous aimerez aussi